LA ROUE DES TEMPS A L’INFINI, seule explication rationnelle de l’irrationnel.

Mon père était un « grand voyant », reconnu comme le maître par les « voyants » de son temps. Il prétendait tenir ce savoir d’un des derniers mages persans de la lignée babylonienne dont il aurait été le disciple dans sa jeunesse, en Perse.

Voilà comment il expliquait son extraordinaire « voyance » (puisque plus de cinquante ans après sa mort, il se tient encore des colloques sur sa magie qui découlait directement de sa « voyance »).

Je retranscris ici ses paroles afin qu’elles ne soient jamais oubliées :

Il n’y a pas « d’avenir » mais une rotation perpétuelle d’un Ordre immuable pareil à une roue de l’advenu et du devenir qui, de millions d’années en millions d’années, ne cesse de tourner produisant et reproduisant à l’infini les mêmes évènements jusqu’en leurs moindre détails…

Ce que nous vivons en ce moment nous l’aurions déjà vécu et revécu à l’identique un nombre de fois incalculable. Le passé serait devant nous et l’avenir derrière nous tout en étant devant nous puisque la roue des Temps infinis tourne sans fin… de telle sorte que le tout se reproduise sans fin, en toute éternité, comme tournerait sans fin une horloge mise hors temps par le mouvement insensé de ses aiguilles détraquées.

Chaque parole que nous prononçons, nos gestes, nos positions réciproques dans l’espace, le lieu où nous nous trouvons, la lumière changeante de chaque moment, ont été et seront en perpétuel retour, définitivement, en toute éternité.

Et cette « absurdité » ne concerne pas seulement « notre » univers mais tous les univers, dans lesquels ce que nous vivons en ce moment dans celui-ci se déroule parallèlement en tous les autres.

Mon père prédisait sans jamais d’erreur ce que l’on nomme l’Avenir.

Tous les « voyants sataniques » (comme il se prétendait), les vrais « voyants » se trouvent en léger décalage avec la Grande Roue tournante des Univers. Au contraire de presque tous les humains, ils vivent avec une légère avance sur ce qui a toujours été vécu et le sera sans fin !

Voilà pourquoi, ajoutait mon père, ils prédisent ce qui est advenu maintes fois, de millions d’années en millions d’années, comme est en train d’advenir et adviendra sans fin un éternel Présent mu par l’incommensurable Roue des Univers.

Comment se fait-il que certains auraient le privilège d’être en « décalage »… ou pour mieux dire en « avance » sur ce qui doit advenir, et d’autres pas ? Quel est donc le secret des « voyants » ! Qu’ont-ils de différent de nous autres « non-voyants » égarés en ce monde opaque ? lui demandait-on.

Eh bien, c’est très simple, répondait mon père !

Les vrais « voyants » ne savent pas qu’ils savent ! Ils sont en innocence du savoir. Ou si vous préférez ils sont dénués de cette ancestrale vanité qui prétend prendre du pouvoir sur les autres. Ils sont d’une limpidité absolue, au contraire de ceux qui par une sorte d’abominable auto-admiration – que l’on va jusqu’à nommer sainteté ! - se préoccupent du « bien » de l’Homme, du « bien » des hommes, du « bien » de l’Humanité pour les plus névrosés.

A dire vrai, les authentiques « voyants » ne se prennent pas au sérieux.

A quoi on lui répondait : La « voyance » n’est-elle pas au contraire une sérieuse prise de pouvoir sur ceux qui quémandent leur avenir ? Leur alibi n’est-il pas toujours : le « faire du bien » ?

Mon père considérait la « voyance » comme la forme supérieure d’un humour je dirais cosmique.

Encore faut-il savoir ce que quémandent les clients des « voyants » ? Davantage d’argent quand ils en ont ? Forcer l’amour sans forcément en donner ? Prendre, toujours prendre : l’Argent, l’Amour, le Pouvoir ! Souhaiter la perdition d’autrui ! Si ce n’est la mort d’autrui ! Tous les « voyants » vous le diront !

Serge Rezvani